Ads (728x90)

Pictures

Entertainment

Latest News


Mercredi 12 février 2014 avait lieu la première réunion publique thématique de quartier de la liste du Front de Gauche "Place au Peuple à Clermont-Ferrand !" conduite par Alain LAFFONT et Patricia GUILHOT à Croix-de-Neyrat. Au programme : pas de tribune, la réunion se voulait ouverte à toutes pour faire "place au débat". Une cinquantaine de clermontois-e-s avaient fait le déplacement pour une soirée riche en échanges mutuels... qui s'est terminée par le traditionnel "verre de l'amitié et de la solidarité"...

Devant les habitant-e-s, nos candidat-e-s ont pris 4 engagements :



- 1 -
L'ARGENT PUBLIC IRA AU BON PUBLIC !

Premier sujet de discussion : le budget municipal. Nombre de clermontois-e-s ont dénoncé un budget qui faisait la part belle aux dépenses de prestige tout en renonçant à améliorer la vie dans nos quartiers et protéger leurs habitant-e-s de la crise et délaissant le soutien au associations ou le renforcement du service public. 

La destruction des services publics comme la Poste, la modification du réseau T2C, additionnée à la disparition concomitante des commerces de proximité et des médecins dans nos quartiers qui multiplie les difficultés des personnes qui ont des problèmes pour se déplacer ont également été pointées du doigts par les clermontois-e-s présent-e-s.

Maisons de quartiers, crèches publiques ou maisons de retraites ont été vivement réclamées et jugées comme étant des priorités pour lesquelles la municipalité ne se mobilisait pas. Des habitant-e-s de Montferrand ont apporté un témoignage éclairant : les habitants se plaignaient du manque de place de garde en crèche. Le comité de quartier a donc dû loué quelques demi-journées par semaine la salle poly où des assistantes maternelles ont gardé les enfants.

> EN MATIERE DE BUDGET, PRIORITE POUR NOS QUARTIERS !

Alain LAFFONT et Patricia GUILHOT ont rappelé que le "B-A : BA" du programme de la liste "Place au Peuple !" était bel et bien une logique budgétaire nouvelle sans laquelle il était impossible de mettre en oeuvre notre programme. "Nous savons bien qu’une part importante du budget peut être considérée comme incompressible et que tout n’est pas possible. Raison de plus pour s’en tenir aux priorités sociales pour faire des investissements utiles dans les quartiers, privilégier les réalisations correspondant à ce que nous définissons avec la population comme étant les besoins de celle-ci (crèches, maisons de quartiers, maisons de retraites, etc...). Il s’agit de donner au budget de fonctionnement la possibilité d’assurer le renforcement des services publics et de permettre à l’ensemble des associations, indispensables au fonctionnement harmonieux de la ville d’avoir plus de moyens, Le budget de fonctionnement c’est aussi l’emploi stable, non délocalisable dans des secteurs riches en emplois." 



- 2 -
POUR L'EMPLOI : 
PAS DE PROMESSES, DES ACTES !

Le second sujet de discussion de la soirée était consacré à l'emploi. 

Nos candidat-e-s ont répondu avec franchise : 
"C’est la question qui préoccupe chacun d’entre nous. Pas question de suivre l’exemple des formations politiques dont les politiciens vous promettent, élection après élection, monts et merveillesNous ne vous promettrons pas de créer 10 000 emplois en attirant des entreprises. Nous aurons bien sur une politique attentive pour faciliter l’implantation d’entreprises pourvoyeuses d’emplois sur notre territoire ; mais nous savons tous que ces installations dépendent des intérêts privés et d’une économie relancée, ce qui ne peut être du ressort de la seule politique municipale."


> DES ENGAGEMENTS SIMPLES ET CONCRETS : 
  • Nous mettrons un terme aux externalisations des services qui reviennent aussi cher - voire plus cher - que la prise en charge publique. Nous devons embaucher directement avec le service public municipal pour renforcer nos équipes qui manquent d'effectifs.
  • Lorsqu’elle passe contrat avec une entreprise la municipalité a le pouvoir d’obliger celle-ci à embaucher sur place 10% - voire plus - de jeunes sur les chantiers. Les entreprises seront tenues de respecter ces contrats, sinon, c'est la fin du contrat".


- 3 -
LOGEMENT : ON PEUT VIVRE MIEUX !

Troisième sujet d'inquiétude des participant-e-s, le logement et les effets négatifs de l'ANRU qui a concentré la misère sur la misère sous couvert de mixité sociale et renforcé les processus de "ghethoïsation". Des loyers trop cher, des immeubles qui venaient d'être rénovés et qui ont été détruits alors que notre ville compte environ 500 sans-abris, trop de jeunes de 30 ans encore chez leurs parents parce que l'accès au logement est trop difficile, la discrimination dans l'attribution des logements sociaux... Les critiques à l'encontre de la municipalité et des bailleurs sociaux n'ont pas manqué. 

> VIVRE MIEUX ET DIGNEMENT C'EST POSSIBLE !


"Un certain nombre de ces mesures ne peuvent pas être prises au seul échelon communal. Mais nous avons la volonté, avec les citoyens et aux côtés d’association comme Droit au Logement, de mobiliser et d’exercer la pression nécessaire pour :
  • Imposer un blocage des loyers et lutter contre le logement insalubre.
  • Prendre un arrêt anti expulsion à l’échelon de la commune. Cette mesure est déjà appliquée dans certaines agglomérations.
  • Réquisitionner les logements vacants pour faire face au mal logement. On le sait aujourd’hui plus de 5000 logements sont vacants sur Clermont-Ferrand tandis que notre ville compte plus de 500 sans-abris et interpeller le préfet en vue du respect de ses obligations en matière d’hébergement.
  • Traiter les demandes de logement sociaux sans discrimination, faciliter l’accès au logement pour les jeunes, les femmes isolées..."


- 4 -
STOP AUX ELUS TOUT-PUISSANTS !
PLACE AU PEUPLE 
POUR CONTROLER ET DECIDER !

Dernier sujet de mécontement : l'absence de concertation pour l'ensemble de la politique municipale, quitte à mépriser et ignorer le travail des associations. 

> VERS UNE REVOLUTION DEMOCRATIQUE MUNICIPALE !

Nos candidat-e-s ont rappelé les grandes lignes de notre projet démocratique : une VIè République où le pouvoir part du bas et qui nécessite de profiter de ces élections municipales pour instaurer une révolution démocratique à l'échelon de la commune qui fasse "place au peuple". Des mesures que seules notre liste propose, qui vont bien au-delà d'un quelquonque remake des CVL.


  • "Nous proposons des budgets participatifs parce que les habitant-e-s doivent pouvoir décider des grandes orientations budgétaires. Une partie du budget peut être mis à la disposition des habitants afin que dans chaque quartier ils mettent eux-mêmes en place des réalisations auxquelles ils tiennent.
  • Nous proposons de mettre en place des referendums d'initiative populaire afin que les citoyen-ne-s puissent s'opposer aux décisions de leurs élu-e-s et les contrôler."

UNE FIN DE SOIREE CONVIVIALE !

En deuxième partie de soirée, parler donnant soif, les discussions se sont prolongée autour du traditionnel verre de l'amitié. 

Une occasion pour les clermontois-e-s de discuter directement en tête à tête avec leurs candidats, pour tous de se rencontrer et se connaître. Une occasion également de rappeler l'agenda de campagne et pour plusieurs dizaines de citoyen-ne-s, séduit-e-s par nos propositions et notre proximité, et que cette réunion aura décidé, de prendre leur place dans la campagne aux côtés d'Alain LAFFONT et Patricia GUILHOT en rejoignant le comité de soutien

Nombreux ont été les participant-e-s à repartir de la réunion avec nos premières propositions, la pétition pour les transports gratuits ou bien celle contre l'extension du stade Gabriel Montpied

Une première réunion de campagne motivée et pleine d'entrain, donc, et qui appelle d'autres succès pour la liste du Front de Gauche "Place au Peuple à Clermont-Ferrand !".


RECEVEZ L'ACTU PAR MAIL !
N'OUBLIEZ PAS DE PARTAGER L'ARTICLE AVEC VOS AMI-E-S ;-)

Enregistrer un commentaire

Blogger

RECEVEZ NOTRE ACTU !

Your Content Here
Your Content Here

Comments