Ads (728x90)

Pictures

Entertainment

Latest News


Depuis des années, notre principal problème serait, parait-il, celui de la « mauvaise image » de Clermont-Ferrand et de ses habitants. Trop repliés, obstinés à vivre cachés, réticents à vanter leurs atouts, la ville et ses habitants se comporteraient comme ces cousins de province peu présentables et mal fagotés, taiseux et incapables de briller en société, passés de mode et un peu attardés. Bref le « bougnat » continuerait à sommeiller en nous : méfiant, près de ses sous et fermé à toute vision d’avenir. Ce discours des « importants » est doublement imbécile : il pue le mépris du peuple et méconnait la réalité. Car la réalité clermontoise est avant tout celle d’une ville ouvrière et populaire, clairement ancrée à gauche et prête, lorsque cette « gauche » rosit, pâlit ou trahit, à envoyer un signal et une piqûre de rappel et à montrer sa radicalité dans la rue et dans les urnes.

Toujours travailleuse et populaire - au grand regret sans doutes de ceux qui voudraient bien se débarrasser de ce peuple - Clermont-Ferrand l’est du centre-ville jusque dans « les quartiers », ce qui fait battre le coeur de Clermont c’est bien la multitude de ce que ces « importants » appellent les petites gens. Ce peuple-là prend de plein fouet les mesures anti sociales qui déferlent et il se bat pour survivre. Petits par les revenus, mais grands par la volonté, et bien souvent par le sens du partage et de la solidarité, ceux qui souffrent et ceux qui luttent le font avec dignité et détermination, pour garder – de plus en plus difficilement - la tête hors de l’eau, pour rester debout, tout simplement. Ce que sont incapables de voir et d’entendre les bavards et les phraseurs.

Cette réalité, nous ne l’inventons pas. Une étude bien documentée de Clermont Communauté
datée Juin 20121 le dit sans ambages: « En 2009, Clermont Communauté abrite 17 610 allocataires CAF à bas revenus (seuil de pauvreté), correspondant à plus de 36 300 personnes couvertes. C’est près de 5% de plus qu’en 2008. Les taux et les volumes d’allocataires à bas revenus, qui recouvrent des populations non-étudiantes ou de moins de 65 ans, sont particulièrement importants sur la ville de Clermont-Ferrand et notamment l’hyper centre clermontois (de Jaude au quartier Pélissier vers l’Est, St-Alyre au nord, et St-Jacques au sud). Une partie des Quartiers Nord (Gauthière, Nord de Croix Neyrat, Vergnes et Champratel) affiche également des taux et des volumes élevés. »

Voilà ce que nos visionnaires de « Clermont Demain » ne veulent pas voir, et qui saute portant aux yeux. Le risque accru de basculement dans la précarité durable, ou même la misère sociale, touche des fractions de plus en plus importantes de la population. Nul aujourd’hui n’en est à l’abri, du retraité à 800 euros par mois , aux innombrables licenciés ou délocalisés ; du jeune précaire qui enchaine sans espoir CCD sous-payés et périodes de chômage, aux étudiants contraints à multiplier les petits boulots pour payer leurs études.

L’étude citée plus haut le confirme : les inégalités sociales se creusent. Les ménages pauvres s’appauvrissent, toujours plus nombreux. Moins nombreux les plus riches... s’enrichissent. 3 200 jeunes ménages aux revenus modestes représentent 20% du total des ménages de moins de 30 ans. L’écart des revenus de l’agglomération clermontoise atteint 5.5 entre les hauts revenus et les revenus modestes, mais sur Clermont, l’écart est multiplié par...8 ! « La commune, commente l’étude, comprend en effet les quartiers les plus précarisés de l’agglomération (les plus faibles niveaux de revenus, tant 1er décile que médian : Jaude, Rotonde (St-Jacques), Nord du quartier Croix-de-Neyrat, Gauthière, Champratel et les Vergnes (Quartiers Nord), Dolet, Pélissier, Duclos (St-Jacques) ».

Aux inégalités sociales s’ajoutent les inégalités territoriales. Le « Grand Clermont » sur lequel dissertent les beaux esprits serait pour le moins... contrasté : quoi de commun entre les « beaux » quartiers - en partant de Chateaugay au Nord, et en poussant au Sud en direction de Cournon.. en passant par Chamalières - et les quartiers Nord et Est en allant vers Aulnat et Gerzat ? Qui peut sérieusement prétendre ici à une égalité de traitement et d’infrastructure ?

Enregistrer un commentaire

Blogger

RECEVEZ NOTRE ACTU !

Your Content Here
Your Content Here

Comments