Ads (728x90)

Pictures

Entertainment

Latest News

Ces dernières années ont vu de nombreux événements impacter la vie des Clermontois-es. Ceci est bien entendu exaspérant, et en particulier pour les habitant-e-s des quartiers. Nous le comprenons tout à fait. Mais, si nous dénonçons avec force toutes les incivilités, nous dénonçons en même temps les démagogues de tout poil qui montent les individus les uns contre les autres. Le système libéral se nourrit pour s’imposer du repli sur soi, de l’individualisme, de la peur de l’autre, et du sentiment d’insécurité.

La sécurité relève de la compétence de l’État, nous revendiquerons donc auprès de ce dernier les moyens nécessaires pour Clermont-Ferrand. L’action de la commune doit être complémentaire et axée notamment sur la prévention. La répression systématique et coercitive ne résout rien, si on ne s’attaque pas à la racine des mal-êtres, c’est le rôle d’une municipalité de renforcer le tissu social en axant sa politique sur la prévention et non pas la répression. Tout ce qui favorise le vivre ensemble joue un rôle fondamental pour garantir la sécurité et la tranquillité publique.

Dans ce sens nous développerons :
> Des politiques de lutte contre les inégalités sociales.
> Des politiques de vivre ensemble et de veille à l’égard des violences et carences familiales.
> Des partenariats avec l’ensemble des acteurs (éducation nationale, associations d’éducation populaires, éducateurs, police…).
> Des services de médiations de proximité, et là où c’est nécessaire, des services d’éducateurs.
> La présence d’un gardien par cage d’escalier est aussi la garantie d’une meilleure sécurité et de respect.

Nous refuserons la vidéo surveillance inefficace, très chère et qui porte atteinte aux libertés. Cette solution ne résoudra rien ! Les études montrent que dans l’immense majorité des cas l’inutilité des caméras.

Les conseillers municipaux représentent l’autorité municipale à condition de ne pas se déplacer seulement une fois tous les six mois dans les quartiers. De plus, ils aideront la population à réinvestir l’espace public par la mise en place, par exemple de jardins familiaux au pied des immeubles.

Nous pensons donc que les solutions sont complexes et nécessitent de se libérer de nombreux préjugés qui hantent beaucoup trop les têtes. La petite et moyenne délinquance, les incivilités, les trafics, les violences et les dégradations de biens publics ou privés ne sont pas liés à l’existence des quartiers eux-mêmes. Ces faits ont lieu partout dans la ville. De véritables campagnes de presse ont eu lieu montrant du doigt tel ou tel quartier. Elles ont été alimentées par la Préfecture et les politiciens qui se sont déplacés à grand renfort de publicité dans certains quartiers, les stigmatisant et ne proposant aucune autre proposition que de renforcer la présence policière. En même temps, nous déplorons qu’à chaque fois que les habitants ont besoin de cette présence, et qu’ils font donc appel au commissariat, aucune réponse ne vient – ou qu’elle tarde beaucoup à venir – laissant ainsi les personnes dans le plus grand désarroi.

Enfin, nous combattons l’idée de lier sécurité et immigration. La stigmatisation de telles ou telles communauté en plus d’être stupide est totalement contre-productif…sauf pour l’extrême droite. Seule la solidarité entre tous peut aider à faire reculer la délinquance.

Le problème le plus fondamental est bien évidemment celui de la misère sociale, du chômage et du désœuvrement d’une partie de la jeunesse surtout dans les quartiers en difficulté. Loin de nous l’idée d’absoudre les faits délictueux, mais il faut constater que ces facteurs renforcent l’emprise des vrais délinquants sur une petite partie des jeunes.

RECEVEZ L'ACTU PAR MAIL !
N'OUBLIEZ PAS DE PARTAGER L'ARTICLE AVEC VOS AMI-E-S ;-)

Enregistrer un commentaire

Blogger

RECEVEZ NOTRE ACTU !

Your Content Here
Your Content Here

Comments